Prendre rendez-vous en ligne
55, avenue Bugeaud 75116 PARIS

96, rue Pierre Demours 75017 PARIS

Les Sages-Femmes

sg

Les Sages-Femmes : qui sont-elles ?

Avant d’évoquer les nombreuses questions qui peuvent se présenter tout au long de votre grossesse, il semble important que vous connaissiez mieux la seule et unique profession à laquelle vous n’échapperez pas, quel que soit votre mode d’accouchement !

Quelle place occupent les sages-femmes dans l’équipe chargée de vous suivre ? Au cours de leur carrière, les sages-femmes peuvent entendre tout type de remarque, de : « Vous êtes beaucoup trop gentille pour être Sage-femme » à « Vous êtes trop jeune pour faire ce métier » et maintenant « Comment faites-vous pour tenir le coup ? » sous-entendu à votre âge !, en passant par : « Ah ! ça existe encore ? »

L’histoire des sages-femmes

Les sages-femmes exercent l’un des plus vieux métiers du monde. Il y eut de très grandes sages-femmes au temps des Grecs et des Romains, dont la mère de Platon, et les Sages-femmes sémites étaient très réputées. Une contemporaine de Socrate, Aspasie, écrira sur tout ce qui concerne la femme et son enfant, tant sur les soins à donner aux femmes enceintes que sur les causes des accouchements difficiles. Elle décrira même la version podalique, qui consiste en des manœuvres externes à transformer la position du bébé de siège en tête ; comme d’habitude, nous n’avons rien inventé, nous avons même perdu…mais nous y reviendrons.

Dans ses écrits, nous retrouvons une qualité de travail tout à fait moderne puisque, vraisemblablement, elle faisait des touchers vaginaux. Comme pour beaucoup de choses, l’obscurantisme du Moyen-Age est passé par là et, étrangement, nous avons oublié toutes les connaissances de l’Antiquité égyptienne ou grecque. En effet l’Eglise catholique ayant interdit les dissections des corps humains , on disséquait les animaux et on extrapolait ensuite à l’Homme ! Nous n’entendrons plus guère alors parler des Sages-femmes même si elles continuèrent à exercer, puisque les hommes, médecins ou barbiers n’avaient pas le droit d’approcher les femmes enceintes, elles étaient en effet interdites d’écriture, donc muettes ( ! ) .

Il faudra attendre le XVIe siècle pour faire connaissance avec « Dame Trotte », de son vrai nom Trotula de Ruggiero qui fit ses études à l’Ecole de médecine de Salerne. C’est elle qui, suppose-t-on, fera les premières sutures périnéales. Jusqu’alors, on laissait les périnées déchirés. Puis à la fin du XVI° siècle, la Sage-femme de Marie de Médicis, Louise Bourgeois, ayant reçu son enseignement d’Ambroise Paré lui-même, écrivit des observations très intéressantes, dont les Médecins et les Sages-femmes se serviront pendant de longues années.

Elle faisait partie des rares vraies Sages-femmes, celles qui possédaient un diplôme de Sage-femme jurée du Châtelet, les autres étant des matrones ignorantes, un peu sorcières et très souvent dangereuses. Il faut attendre Angélique Marie Le Bourcier, épouse du Coudray pour retrouver, enfin, un vrai enseignement de la profession de Sage-femme. Dès 1757, après avoir fabriqué un mannequin : « la Machine » elle devient Sage-femme itinérante allant de village en village pour enseigner aux matrones l’art des accouchements, en quelque sorte l’intelligence du geste, afin de limiter l hécatombe due à la mortalité maternelle et infantile ! En vingt ans elle formera cinq mille Sages-femmes !

Au XIXe siècle, Mme de la Chapelle permit que pour la première fois dans l’histoire de l’obstétrique, que les progrès ne soient plus occultés derrière les prudences politiques et les superstitions religieuses. Elle décrivit et expliqua par le détail tout ce que nous connaissons de la mécanique obstétricale, nous n’avons rien appris de plus depuis, et encore une fois, nous avons même oublié tout ce qui faisait sa finesse, puisque, maintenant, en tout cas dans les pays, dits  » civilisés « , nous ne permettons plus les accouchements difficiles par « voie basse », la césarienne s’étant généralisée. Elle présida à quelque cinquante mille accouchements, mettant au point des conduites à tenir dans chaque situation obstétricale, et donna un véritable essor à l’étude statistique et scientifique de l’accouchement.

 

Aujourd’hui

Les sages-femmes représentent l’une des trois professions médicales et font leurs études dans des écoles de Sages-femmes après être passées par la première année de médecine.Leurs études sont devenues depuis peu universitaires. Elles durent, en sus de l’année commune, 4 ans, et sont sanctionnées par un diplôme d’Etat autorisant à exercer le noble art des accouchements.

Depuis peu, pour être en règle avec les lois européennes, cette profession a dû accueillir les hommes, dont le nom reste : « Sage-femme », mais on peut également les appeler « maïeuticiens » toutefois ils sont très peu nombreux : 81 pour 17 000 Sages-femmes.

Les sages-femmes exercent, soit en libéral, soit en tant que salariées dans les établissements privés, publics ou territoriaux ( PMI). La profession est régie par un Ordre qui est, tout comme celui des Médecins, garant et protecteur de la déontologie, ce dernier peut être saisi en cas de problèmes. Et il existe quelques Sages-femmes expertes auprès des tribunaux.

Celles dont vous aurez peut être moins conscience  et pourtant elles vous sont très utiles même indirectement : ce sont les Sages-femmes directrices et monitrices des écoles de Sages-femmes, ainsi que les surveillantes chefs et surveillantes d’unité. Sans les sages-femmes, les élèves ne seraient pas aussi bien formées, les services organisés et les collègues non encadrées durant le travail journalier et la formation continue.

 

La Sage-femme française au sein de l’Europe

Si, pendant de longues années les Sages-femmes françaises, ont été de par leur formation parmi les meilleures, avec les Sages-femmes néerlandaises ; ce n’est plus le cas maintenant. Lorsque les études ont été harmonisées dans les pays de l’Europe des 15, les autres formations se sont alignées sur leurs études et petit à petit les ont pour certaines biens dépassées !! Car les sages-femmes ont su garder leur place privilégiée dans le suivi des grossesses physiologiques tout en augmentant leurs compétences dans l’accouchement, puisque certaines ont le droit de faire des ventouses, des forceps partie basse et de prescrire la contraception depuis longtemps.

En France les sages-femmes ont petit à petit glissé vers une place importante dans la pathologie alors que par ailleurs les médecins ont pris de plus en plus de place dans la physiologie ! Les sages-femmes vivent donc, continuellement, une sorte de dualité dans l’exercice professionnel puisque elles peuvent être, en même temps, médicales donc autonomes et paramédicales et, par conséquent, sous la responsabilité d’un Médecin.

Nous allons maintenant détailler les différentes étapes de votre grossesse où vous allez pouvoir faire appel aux sages-femmes :

En pleine et entière responsabilité

Les sages-femmes peuvent suivre les grossesses, les accouchements et les suites de couches dans le cadre de la physiologie, ont un droit de prescription qui vient d’être élargi à tous les médicaments permis pendant la grossesse et aux examens de laboratoire nécessaires, ainsi que la prescription d’un arrêt de travail limité, hélas, à 14 jours non renouvelables (en espérant pouvoir faire changer les choses rapidement).

Les sages-femmes font, dans le suivi des grossesses, de la médecine prédictive, la plus difficile, car si elles ont l’obligation du diagnostic de la pathologie elles n’ont pas la compétence pour la traiter.

Les sages-femmes sont habilitées à faire des échographies, toujours dans la physiologie et à pratiquer et à prescrire la rééducation du périnée.

Les sages-femmes ont le droit de prescription pour tout ce qui concerne l’exercice de leur art, dans les limites de la physiologie et dans le cadre de la prévention, un exemple : elles peuvent vous prescrire tout traitement pour les infections urinaires légères, ces dernières étant la cause de nombre d’accouchements prématurés.

Sous la responsabilité d’un Médecin

En cas de grossesse, d’accouchement ou de suites de couches pathologiques les sages-femmes doivent diriger la patiente ou faire appel pour un traitement à la compétence d’un Médecin, spécialiste ou non. Dans ce cas, elles continuent souvent à s’occuper de la femme enceinte, mais cette fois-ci sous la responsabilité de quelqu’un d’autre ! Cette situation, encore une fois spécifique aux Sages-femmes françaises donne à notre métier une grande complexité, car elles doivent toujours savoir s’arrêter à temps ! Une extension de leurs compétences datant d’août 2004 fait de la France le seul pays où une femme enceinte peut être suivie entièrement sans voir un Médecin! Toutefois, et nous y reviendrons, la culture française, hypermédicalisante de la grossesse rend cette exception française quelque peu paradoxale !

Vous avez donc réellement le choix de choisir de faire suivre votre grossesse entièrement par une sage-femme libérale. Si vous choisissez de vous faire suivre en privé par un Médecin obstétricien, ou dans une structure publique, vous rencontrerez toujours des Sages-femmes, que ce soit pour les consultations, les préparations, les échographies et surtout pour les accouchements, qui sont suivis exclusivement par les sages-femmes, puisque, si votre médecin pratique l’accouchement, il ne sera là que pour la naissance immédiate ou appelé pour la pathologie.

Nous allons maintenant envisager, période par période, les étapes de votre grossesse où vous allez rencontrer une sage-femme :

La grossesse physiologique

Premier trimestre

Comme dit précédemment, depuis août 2004, votre sage-femme pourra faire non seulement la déclaration de grossesse mais aussi le 1er examen prénatal. Toutefois, si, lors de cette consultation, elle détecte par l’interrogatoire ou l’examen clinique une pathologie, elle devra ajourner la déclaration et vous diriger vers un Médecin. Autrefois, elle n’était pas habilitée à pratiquer cette consultation qui devait être accompagnée d’un examen général qui, entre parenthèses, n’était jamais fait !. Elle pourra donc vous prescrire, tous les examens obligatoires ou non, nécessités par la grossesse, y compris l’ HT21 pour rechercher les marqueurs de la trisomie. Nous reviendrons plus longuement sur tous ces examens ensuite. En plus des consultations et échographies, vous pouvez commencer la préparation à la naissance, le premier rendez-vous, obligatoirement individuel, vous permettra de rencontrer une Sage-femme si vous êtes suivie par un Médecin.

Au cours de cette séance seront abordés différents thèmes : prévention des maladies dues, compliquant ou majorées par la grossesse, conseils sur le choix de votre lieu d’accouchement, sachez que vous pouvez toujours changer d’orientation si votre choix initial ne vous convient pas, et vous pourrez aborder tous les sujets qui vous posent des problèmes. Comme elle est individuelle vous pourrez ainsi tout aborder sans crainte, la Sage-femme sera à votre écoute. Vous trouverez les coordonnées de Sages-femmes en libéral dans l’annuaire ou auprès d’associations concernées par la Maternité.

Deuxième trimestre

Les consultations : Encore une fois, aucune restriction si la grossesse reste normale.

Les préparations à la naissance : Les Sages-femmes et les Médecins sont les seuls praticiens dont les préparations à la naissance sont remboursées par la sécurité sociale. Il faut préciser cet état de fait car, de plus en plus, diverses personnes se sont approprié la Maternité, proposant diverses méthodes, parfois intéressantes mais souvent très onéreuses, car non contrôlées et entièrement à votre charge. Plus vous commencerez précocement, plus vous pourrez être accompagnée correctement tout au long de votre grossesse.

Les échographies : Les Sages-femmes peuvent faire vos échographies, soit au sein de leur cabinet dans le cadre du suivi de la grossesse, soit au sein du cabinet d’échographie. Depuis peu, les problèmes médico-légaux leur ont donné l’obligation d’être très bien équipées pour être assurées, l’assurance restant extrêmement chère les Sages-femmes se regroupent au sein de cabinets de groupe pour amortir les frais.

 

Troisième trimestre

C’est le trimestre où, quel que soit votre mode de suivi, vous rencontrerez le plus souvent les sages-femmes. Pour les préparations, souvent pour les multipares, pour les suivis de fin de grossesse tant en privé qu’en public, mais aussi évidemment pour l’accouchement. Tous les accouchements, qu’ils soient normaux ou pathologiques sont suivis par les sages-femmes. A l’hôpital il faut rappeler que 80% des accouchements sont suivis et terminés par les sages-femmes. En privé, le travail sera suivi par la sage-femme et terminé par votre Médecin. En libéral, les sages-femmes peuvent vous accoucher, à domicile ou en plateau technique.

Les suites de couches

Immédiates : En maternité, vous retrouverez la Sage-femme pour le suivi mère-enfant, elle vous conseillera pour votre allaitement biberon ou sein et suivra le bébé aux côtés du pédiatre. A domicile, elle pourra venir lors des sorties précoces, des visites sont remboursées intégralement jusqu’au 8e jour après l’accouchement pour le bébé et 12ème jour pour la maman.

Un paradoxe : si votre sage-femme a fait elle-même l’accouchement à domicile ou en plateau technique, le suivi est compris dans le forfait accouchement, elle n’aura droit qu’aux déplacements : tout est fait, mais nous y reviendrons, pour favoriser les accouchements en milieu hospitalier.

Plus lointaines: Les Sages-femmes, depuis peu, ont droit de faire la consultation post-natale, par conséquent, celles-ci peuvent vous prescrire : la contraception immédiate, la rééducation du périnée. Les sages-femmes peuvent pratiquer cette rééducation, qui, n’est pas soumise à une entente préalable. Actuellement, vous pouvez la commencer tout de suite avec une Sage-femme alors que vous devez attendre avec les Kinésithérapeutes 90 jours après l’accouchement. Sachez que vous pouvez toujours faire appel à une Sage-femme pour tout ce qui concerne ses compétences, c’est-à-dire suivi d’allaitement même longtemps après l’accouchement, consultation du nourrisson en dehors de toute pathologie.

D’autre part, vous rencontrerez aussi des Sages-femmes dans les centres de planifications familiales ainsi que dans les centres IVG. Les Sages-femmes, depuis peu, certes, ont aussi la compétence dans le domaine de la gynécologie, toujours lorsque rien n’est pathologique; les sages-femmes doivent, comme pour la grossesse, vous diriger vers un médecin pour toute pathologie. Celles-ci peuvent donc vous suivre, vous prescrire votre contraception, vous poser un stérilet ou un implant.

 

La grossesse pathologique

Comme déjà précisé, leur  compétence est limitée à la physiologie de la grossesse avec une grande autonomie, mais en cas de pathologie, les sages-femmes doivent diriger les patientes vers un médecin. Les sages-femmes ont, toutefois, un grand rôle dans la prévention. En effet, une grande partie des pathologies de la grossesse pourraient être évitées si les informations étaient données précocement, c’est la raison de la demande de la profession de rencontrer les patientes très tôt dans la grossesse. Vous rencontrerez dans ce cadre plusieurs formes d’exercices, soit des Sages-femmes libérales soit des Sages-femmes PMI, salariées du Département ou la Région, soit les Sages-femmes d’HAD (hospitalisation à domicile).

Les sages-femmes P.M.I.

Les sages-femmes peuvent intervenir dans un but curatif lorsque la pathologie déclarée, requiert un suivi à domicile de la grossesse, elles vous sont envoyées par l’intermédiaire de vos lieux de suivis, publics le plus souvent mais aussi privés. Soit, et c’est le plus souvent, les sages-femmes travaillent sur les déclarations de grossesse et vont privilégier la prévention pure, par exemple prendre contact avec des patientes très jeunes ou isolées ou en état de précarité et ce, avant et pour prévenir toute pathologie résultant de leur situation.

Les sages-femmes HAD

Les sages-femmes sont salariées d’un service d’HAD et interviennent le plus souvent lorsque la grossesse nécessite l’intervention de plusieurs corps de métier et nécessite un prise en charge assez lourde.

Les sages-femmes libérales

Comme il n’y a pas de remboursement de la prévention, les sages-femmes auront le plus souvent un rôle plutôt curatif dans le cadre d’une pathologie déjà installée et vous seront, comme leur consœurs PMI envoyées par l’intermédiaire de vos lieux de suivis.

Leurs rôles

Aux côtés des médecins, les sages-femmes vont faire un suivi, le plus souvent à domicile, de votre grossesse comportant le suivi normal de toute consultation : TA, TV, écoute des bruits du cœur du bébé à l’aide d’un doppler ou d’un monitoring, suivi de la croissance utérine, surveillance des contractions utérines.

Les sages-femmes sont habilitées à vous prescrire tout ce qui est du ressort de leurs compétences et à renouveler les traitements donnés par votre médecin ou votre structure.

Les sages-femmes vous suivront toutes les fois où votre grossesse comporte un risque, essentiellement lors de :

  • Menace d’accouchement prématuré ( MAP)
  • Hypertension, avec risque de toxémie gravidique
  • Retard de croissance intra-utérin
  • Diabète compliquant la grossesse

Les sages–femmes PMI, étant salariées viendront sans que vous ayez à payer des honoraires, les honoraires des Sages-femmes libérales étant entièrement remboursés, avec attestation de pathologie à l’appui, vous serez remboursée à 100 % et avec la carte Vitale les tiers-payants étant généralisés, cela n’entraînera aucune avance de frais. Pour l’HAD, c’est un prix de journée, comme à l’hôpital.

Les suites de couches pathologiques

Les suites de césarienne ou d’épisiotomie pathologique : En cas de difficultés de cicatrisation, les sages-femmes peuvent intervenir en tant que soins infirmiers

Les rééducations périnéales : En dehors du post-natal immédiat, toute femme ayant accouché peut faire appel à une Sage-femme pour des problèmes d’incontinence urinaires

 

Relais Maternité

%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer