Prendre rendez-vous en ligne
55, avenue Bugeaud 75116 PARIS

96, rue Pierre Demours 75017 PARIS

L’obligation vaccinale passe sans trop de heurts

phanie_246276

Ce PLFSS 2018 clôt le débat sur l’obligation vaccinale en portant de trois à onze le nombre de vaccins obligatoires pour les enfants qui naîtront à partir du 1er janvier 2018 : l’Assemblée nationale a voté vendredi cette mesure de « santé publique », selon le gouvernement, après de vifs débats et un moment d’émotion.

Ces onze vaccins – coqueluche, rougeole-oreillons-rubéole, hépatite B, bactérie Haemophilus influenzae (source de méningites), pneumocoque, méningocoque C, en plus de la diphtérie, du tétanos et la poliomyélite – seront donc obligatoires pour les enfants de moins de deux ans, et indispensables pour l’admission en collectivité (crèche, école…), ainsi que le prévoit un article du projet de budget de la Sécu. Les parents récalcitrants ne seront toutefois pas sanctionnés pour défaut de vaccination.

Occasion a ainsi été donnée à Agnès Buzyn de défendre la vaccination, « médicament qui a sauvé le plus de vies au monde ».  Elle a aussi insisté sur la méthode : « La concertation a eu lieu » en 2016 sous l’égide du précédent gouvernement et « il est temps d’agir », a lancé la ministre. Enfin, elle a une nouvelle fois soulignél’innocuité des adjuvants : ils « ne présentent aucun danger », a-t-elle assuré .  

Sous les applaudissements de la majorité, la disposition a été adoptée en première lecture par 63 voix pour, et 3 contre (dont deux élus LREM). Neuf députés se sont abstenus, à la gauche de la gauche. En point d’orgue des débats, la députée Michèle Peyron (La République en marche) a lâché : « Il y a trente ans, j’ai voulu attendre moi aussi et j’ai perdu un enfant », non vacciné. Son intervention a suscité de l’émotion sur tous les bancs, entraînant une suspension de séance durant quelques minutes, à la demande de la ministre.

Les vaccins obligatoires seront pris en charge à 65% par l’Assurance maladie et à 35% par les assurances complémentaires (sauf le ROR pris en charge à 100% par l’Assurance maladie). En vertu d’un amendement du rapporteur, une évaluation sera réalisée chaque année.

source: Le Généraliste le 29/10/2017

%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer