Prendre rendez-vous en ligne
55, avenue Bugeaud 75116 PARIS

96, rue Pierre Demours 75017 PARIS

Dépistage cancer de l’utérus

Frottis de dépistage du cancer du col de l’utérus

Le frottis de dépistage est, avec la vaccination contre le papillomavirus, le meilleur moyen de lutter contre le cancer du col de l’utérus. Il permet de mettre en évidence d’éventuelles lésions pré-cancéreuses et de les traiter avant qu’elles ne se transforment en cancer.

Des Gynécologues médicaux et obstétricaux,  reconnus et expérimentés, vous accueilleront au Relais Maternité pour toutes vos consultations gynécologiques (suivi de grossesse , ménopause , infertilité, prolapsus, etc…)

Si vous ne trouvez pas l’intitulé correspondant à votre souhait, veuillez contacter directement le

Centre Relais Maternité  Bugeaud au 01.42.73.52.53

Centre relais maternité Courcelles au  01.42.27.09.35

»Pourquoi
Pourquoi est-il important de faire régulièrement des frottis du col de l'utérus ?
Les cancers du col de l’utérus sont principalement dus à une infection persistante (d’une durée de 10 à 15 ans) par des virus appelés 
papillomavirus humains (virus du papillome humain ou HPV, abréviation de human papillomavirus) et transmis par voie sexuelle. L’infection par un virus HPV est très courante et guérit le plus souvent spontanément. Mais dans 10 % des cas, le virus persiste au niveau de la muqueuse du col utérin et peut alors provoquer des modifications de l’épithélium appelées lésions précancéreuses, susceptibles d’évoluer vers un cancer.

Le but du frottis est de repérer d’éventuelles cellules anormales au niveau du col de l’utérus, souvent avant même qu’elles ne deviennent cancéreuses. Plus une anomalie est détectée tôt, mieux elle se soigne.

Le frottis est un examen simple et indolore qui ne prend que quelques minutes. Le professionnel de santé prélève des cellules sur le col, à l’aide d’une sorte de grand coton-tige ou d’une petite brosse. Le prélèvement est déposé sur une lame de verre, étalé et fixé. Il est ensuite adressé à un laboratoire pour analyses. Les résultats sont transmis à votre médecin.

Si les résultats font suspecter une anomalie, des examens complémentaires seront pratiqués.

Le frottis de dépistage en 5 questions
Pour qui ? Pour toutes les femmes âgées de 25 à 65 ans (ou de 20 à 65 ans dans les départements d’outre-mer), sauf indication contraire du médecin.

À quel rythme ? Un premier frottis à l’âge de 25 ans, puis deux frottis à un an d’intervalle sont recommandés. Si les résultats sont normaux, un frottis tous les trois ans suffit.

Par qui ? Le frottis de dépistage peut être réalisé :

  • par votre médecin (gynécologue ou généraliste) au cours d’une consultation ;
  • par votre sage-femme, soit dans le suivi de grossesse, soit lors d’une consultation de contraception et de suivi gynécologique de prévention ;
  • dans les centres d’examens de santé de l’Assurance maladie ou dans les centres mutualistes (lors des bilans de santé) ;
  • dans un laboratoire, sur prescription médicale.

Quel remboursement par l’Assurance Maladie ? L’analyse du frottis de dépistage du cancer du col de l’utérus et les consultations chez votre médecin ou votre sage-femme sont prises en charge dans les conditions habituelles de remboursement.

Comment se déroule un frottis du col utérin ?

Le frottis du col de l’utérus consiste à prélever des cellules à cet endroit du corps, pour les analyser. Cet examen est prescrit surtout à titre préventif, tous les trois ans, pour dépister un éventuel cancer.t

Dépister le cancer du col de l’utérus grâce au frottis
Le frottis du col utérin (ou « frottis cervical ») est un prélèvement effectué sur la partie de l’utérus débouchant dans le vagin et appelée col utérin. Cet examen sert à recueillir des 
QU’EST-CE QU’UN FROTTIS ?

cellules qui sont ensuite examinées au microscope. Indolore, il dure moins de cinq minutes.

Ce type de prélèvement est prescrit principalement pour dépister le cancer du col de l’utérus, mais il peut avoir d’autres objectifs comme la recherche d’agents infectieux.

QUI RÉALISE LE FROTTIS ?

Le prélèvement peut être effectué par plusieurs personnes :

  • Votre médecin traitant ou votre gynécologue
    L’examen est alors réalisé au cours d’une consultation.
  • Un autre médecin généraliste
    Dans ce cas, le frottis peut faire partie d’un bilan de santé (dans un centre mutualiste ou d’examens de santé de l’Assurance Maladie). Il peut aussi être programmé pendant une consultation à l’hôpital ou dans un centre de Protection maternelle et infantile (PMI).
  • Une sage-femme
    Le frottis a lieu lors du suivi de grossesse ou d’une visite liée à la contraception, dans le cadre de votre suivi gynécologique de prévention.
  • Un médecin biologiste d’un laboratoire d’analyses médicales.
    Le prélèvement est réalisé sur prescription de votre médecin.

À SAVOIR AVANT DE PRENDRE RENDEZ-VOUS ET DE COMMENCER L’EXAMEN

Voici quelques conseils pour programmer votre frottis au bon moment :

  • prévoyez votre rendez-vous de façon à ce que le prélèvement puisse être réalisé à distance de la période des règles (idéalement, en milieu de cycle) ;
  • ne fixez pas le prélèvement ou reportez-le si vous souffrez d’une infection du vagin
  • (vaginite) et si vous prenez un traitement local (par voie vaginale).

Par ailleurs :

  • évitez d’avoir des rapports sexuels 24 à 48 heures avant le rendez-vous ;
  • le jour de l’examen, apportez les résultats du frottis précédent le cas échéant, et tout autre document utile (ex. : compte-rendu opératoire, échographie).

COMMENT SE DÉROULE UN FROTTIS DU COL UTÉRIN ?

L’examen comprend plusieurs étapes :

  1. Le médecin vous invite à enlever le bas de votre tenue et à vous allonger sur la table d’examen, en plaçant vos pieds dans les étriers (supports prévus à cet effet).
  2. Il ouvre les grandes lèvres de la vulve et introduit doucement dans le vagin un instrument constitué de deux parois, le spéculum. Pour maintenir le vagin ouvert et le col utérin bien visible, les parois sont lentement écartées.
  3. Le médecin introduit à l’intérieur du spéculum une petite spatule, qui sert à gratter légèrement la surface du col utérin. Cela permet de prélever des cellules à la jonction entre l’exocol (partie la plus extérieure du col) et l’endocol (partie la plus intérieure). Ce prélèvement n’est pas douloureux.
  4. Le médecin recueille ensuite d’autres cellules au niveau de l’endocol, à l’aide d’un écouvillon (sorte de grand coton-tige), voire d’une petite brosse.
  5. Les différents prélèvements sont étalés sur des lames de verre et un produit de fixation est vaporisé dessus. Ce geste sert à « figer » les cellules, afin qu’elles ne s’altèrent pas avant d’être analysées. Plus rarement, on plonge les lames dans un liquide (notamment lors de la recherche d’un éventuel papillomavirus).
  6. Le médecin referme le spéculum et le retire.

Pour finir, le médecin vous interroge afin de pouvoir transmettre les renseignements nécessaires au laboratoire d’anatomopathologie qui analysera le prélèvement :

  • âge ;
  • grossesse en cours ;
  • date des dernières règles (ou de la ménopause, le cas échéant) ;
  • prise actuelle d’un traitement hormonal ou autre ;
  • maladies et traitements passés ;
  • date et résultats du dernier frottis.

Pourquoi me faire dépister si je me sens bien ?

Parce que les examens de dépistage sont justement des examens de surveillance, en l’absence de symptômes, un peu comme on surveille son taux de cholestérol, par exemple. Le but : pouvoir agir très tôt, avant que le cancer du col de l’utérus ne se développe;

QUE SE PASSE-T-IL APRÈS L’EXAMEN ?

Les suites de l’examen comprennent deux étapes :

  1. Les prélèvements sont adressés à un laboratoire d’anatomopathologie par le médecin ou par vous-même, pour une étude des cellules prélevées.
  2. Après quelques jours, les résultats sont adressés au médecin, et celui-ci vous contacte pour vous les communiquer.

Un petit saignement sans gravité est possible dans les heures suivant le prélèvement. Ce phénomène est dû au grattage effectué sur les parois du col de l’utérus. En conséquence, prévoyez une protection.

Prévenir le cancer du col de l'utérus
Il y a deux moyens efficaces pour prévenir le cancer du col de l’utérus : le frottis de dépistage qui va détecter des cellules pré-cancéreuses et la vaccination contre le papillomavirus.

LE FROTTIS DE DÉPISTAGE DU CANCER DU COL DE L’UTÉRUS

L’évolution vers un cancer du col de l’utérus se fait en plusieurs années. Le but du frottis est de repérer des cellules anormales au niveau du col de l’utérus, avant même qu’elles ne deviennent cancéreuses. Les lésions précancéreuses sont alors enlevées, ce qui permet de prévenir l’apparition d’un cancer. Le frottis de dépistage est donc le meilleur moyen de lutter contre le cancer de l’utérus.

Plus une anomalie est détectée tôt, mieux elle se soigne. Le frottis est un prélèvement simple et indolore qui ne prend que quelques minutes.

Qu’est-ce que le dépistage ?

Le dépistage est une démarche qui permet de diagnostiquer tôt certains cancers. Il vise à détecter, en l’absence de symptômes, des lésions susceptibles d’être cancéreuses ou d’évoluer vers un cancer. On parle ainsi de dépistage lorsqu’on réalise des examens de surveillance alors qu’on se sent a priori en bonne santé.

LA VACCINATION CONTRE LE PAPILLOMAVIRUS HUMAIN (HPV)

La vaccination contre le papillomavirus humain (HPV) permet de prévenir les infections par les virus les plus fréquents, responsables de 70 % des cas de cancers du col de l’utérus.

Mais attention : la vaccination ne protège ni contre tous les cancers du col de l’utérus ni contre toutes les lésions précancéreuses. Donc, même vaccinée, il est indispensable de se faire dépister en réalisant un frottis tous les trois ans.

Le vaccin est recommandé pour toutes les jeunes filles de 11 à 14 ans. En rattrapage, le vaccin est recommandé pour les jeunes filles de 15 à 19 ans révolus non encore vaccinées. Le vaccin est d’autant plus efficace que les jeunes filles n’ont pas encore été exposées au risque d’infection par le HPV.

La vaccination se déroule en deux injections espacées de six mois pour les jeunes filles de 11 à 14 ans révolus.

Pour les jeunes filles de 15 à 19 ans révolus, trois injections sont nécessaires selon le schéma suivant : la deuxième injection a lieu un mois après la première et la  troisième est faite 6 mois après la première.

Deux vaccins sont utilisables : un vaccin bivalent (qui protège contre les virus de types 16,18) et un vaccin quadrivalent (qui protège contre les virus de types 6, 11, 16,18). Les vaccins ne sont pas interchangeables et toute vaccination initiée avec l’un d’eux doit être achevée avec le même vaccin.

La vaccination peut protéger contre les types de virus les plus fréquents et qui sont à l’origine de 70 % des cas de cancer du col de l’utérus. Il existe cependant d’autres types de virus qui peuvent eux aussi provoquer un cancer et qui ne sont pas couverts par cette vaccination.

Seul le frottis permet de détecter la présence d’une anomalie au niveau du col de l’utérus après une infection par les virus et de la prendre en charge rapidement. 

Les bonnes pratiques de prévention du cancer du col de l’utérus

  • La vaccination contre les infections à papillomavirus humains (HPV)est recommandée pour toutes les jeunes filles de 11 à 14 ans et un rattrapage est possible jusqu’à 19 ans révolus.
  • Faites régulièrement un frottis de dépistage, même si vous êtes vaccinée contre les infections à papillomavirus humains (HPV).
  • Quel que soit votre âge, faites-vous suivre régulièrement sur le plan gynécologique et consultez si vous avez des douleurs ou des saignements en dehors des règles

    Source : Ameli

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer